Des hommes, des femmes et des enfants, en majorité blancs, attentent sous un soleil de plomb. Des valises et des boites remplies d’objets personnels sont éparpillées sur le sol. Le style des vêtements renvoie à la mode des années 1970.

Stan Douglas

(Vancouver 1960)

 

“Exodus, 1975” (from the series Disco Angola)

[« Exode, 1975 » (tirée de la série Disco Angola)]

2012

Épreuve à développement chromogène montée sur aluminium Dibond

180,3 x 257,8 cm

Avec l’aimable autorisation de l’artiste, David Zwirner (New York/Londres) et Victoria Miro (Londres)

© Stan Douglas


« Exodus, 1975 » [« Exode, 1975 »], de Stan Douglas, est tirée de la série Disco Angola, qui comprend huit photographies de grand format réalisées en 2012. Douglas invente une genèse à ces photographies en les datant de 1974 ou 1975 et en les attribuant à un photographe fictif. Ce personnage imaginaire est décrit par Douglas comme un photojournaliste africain-américain ayant couvert les débuts de la guerre civile en Angola (1975-2002). Basée sur des images d’archives, « Exodus, 1975 » montre l’exode des Portugais contraints de quitter l’Angola à la suite de l’indépendance du pays. La mise en scène présente des gens vêtus à l’européenne selon la mode des années 1970. Dans cette vue plongeante, les personnages débordent du cadre, ce qui donne une impression de foule.


L’artiste de Vancouver Stan Douglas produit des photographies, des vidéos, des films, des installations et des pièces de théâtre. Dans ses œuvres, Douglas examine le fonctionnement des images et la nature des récits narratifs en se référant à l’histoire sociale et politique, à la littérature, à la musique, à la télévision ou au cinéma hollywoodien. Plusieurs de ses séries photographiques, comme Disco Angola, reprennent et transforment les codes du documentaire par la construction d’une mise en scène. Ces images jouent sur la tension entre réalité et fiction, ce qui porte à réfléchir sur la véracité de la photographie et rappelle la filiation de l’artiste avec les photoconceptualistes.

DAVID ZWIRNER
www.davidzwirner.com »

VICTORIA MIRO
www.victoria-miro.com »

Dans la série Disco Angola, de Stan Douglas, quatre photographies portent sur la guerre civile angolaise et quatre autres témoignent de la scène disco des années 1970 à New York. La photographie intitulée « Kung-Fu Fighting, 1974 » [« Combat de Kung-Fu, 1974 »] montre un danseur africain-américain en train d’exécuter une chorégraphie inspirée des films de kung-fu et de la célèbre chanson éponyme. Douglas rend hommage aux origines de la musique disco, dont l’un des premiers succès a été produit par le saxophoniste camerounais Manu Dibango (1933). Il crée ainsi un lien entre l’expression musicale de la population africaine-américaine dans les années 1970 et l’émancipation du peuple angolais en 1975, avec « Exodus, 1975 » [« Exode, 1975 »].

Stan Douglas

(Vancouver 1960)

 

“Kung-Fu Fighting, 1974” (from the series Disco Angola)

[« Combat de Kung-Fu, 1974 » (tirée de la série Disco Angola)]

2012

Épreuve à développement chromogène montée sur aluminium Dibond

91,4 x 137,2 cm

Avec l’aimable autorisartion de l’artiste, David Zwirner (New York/Londres) et Victoria Miro (Londres)

© Stan Douglas