Une quinzaine de personnages nus attendent, entourés de boites et de sacs, sous la garde de soldats britanniques en tuniques rouges. Un petit groupe est entrainé vers les bateaux par d’autres soldats. La mer et les navires à gauche et un paysage côtier à droite occupent l’arrière-plan.

Mario Doucette

(Moncton 1971)

 

La dispersion des Acadiens (d’après Henri Beau)

2006

Pastel, crayons à colorier, encre et acrylique sur bois

76 x 106 cm

Acheté en 2010

Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse, 2010.4

© Mario Doucette. Photo :Mathieu Léger


La dispersion des Acadiens de Mario Doucette est une citation directe d’une œuvre peinte par l’artiste québécois Henri Beau en 1900. Les œuvres traitent toutes deux de la déportation de 10 000 Acadiens par les autorités britanniques en 1755. Doucette choisit toutefois de représenter les captifs complètement nus. Cette nudité marque davantage la dépossession vécue par ce peuple. En refusant de représenter leurs vêtements, Doucette met également en évidence le peu d’informations existantes sur les déportés. Le style naïf de l’artiste épure la représentation pour n’en garder que l’essentiel : les victimes de la déportation.


Mario Doucette est un artiste acadien qui vit et travaille à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Dans sa pratique, il s’intéresse à l’existence passée sous silence de certains acteurs et actrices dans la construction de l’histoire officielle. Pour ce faire, Doucette réinterprète des tableaux d’histoire qui portent sur le passé de sa province natale pour en montrer une version différente. L’une de ses stratégies consiste à inverser les rôles des protagonistes, par exemple en représentant des Autochtones en croisade sur le territoire européen.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE

1723, rue Hollis 
Halifax (Nouvelle-Écosse), B3J 1V9
902 424-5280

341, rue Main 
Yarmouth (Nouvelle-Écosse), B5A 1E7
902 749-2248

artgalleryofnovascotia.ca »
Google Maps »

La dispersion des Acadiens du peintre québécois Henri Beau fait référence au poème épique Evangeline : A Tale of Acadia (1847), de l’Américain Henry Wadsworth Longfellow (1807-1882). L’épopée raconte les mésaventures d’une jeune femme prénommée Évangéline, séparée de son amoureux lors de la déportation des Acadiens. Beau dépeint le moment où Évangéline attend d’être embarquée sur l’un des navires visibles à l’arrière-plan. Elle se tient debout, au centre de la composition, drapée dans une cape de couleur bourgogne. L’œuvre obtient la médaille de bronze à l’exposition universelle de Paris en 1900.

Henri Beau

(Montréal 1863 – Paris 1949)

 

La dispersion des Acadiens

1900

Huile sur toile

238 x 355 cm

Don du Collège Saint-Joseph

Musée acadien de l’Université de Moncton, 65-9-10

Photo : Musée acadien de l’Université de Moncton