Cette photographie montre un objet blanc, en forme d’œuf, assez grand pour contenir une personne assise. La sculpture s’ouvre en deux parties pour donner accès à un intérieur capitonné. Un siège se trouve d’un côté.

Edmund Alleyn

(Québec 1931 – Montréal 2004)

 

Introscaphe I

1968-1970

Bois, fibre de verre, peinture, circuits électriques et électroniques, système de projection et autres matériaux

155 x 365 x 105 cm

Don avec charge de Jennifer Alleyn, 2008

Collection du Musée national des beaux-arts du Québec, 2008.78

© Succession Edmund Alleyn. Photo : MNBAQ, Patrick Altman


Introscaphe I est une sculpture-habitacle conçue pour accueillir un spectateur. L’appareil, qui n’est plus en état de marche, s’ouvrait après l’insertion de pièces de monnaie. L’environnement immersif qu’offrait Introscaphe I comprenait la projection d’un condensé du film Alias (Edmund Alleyn, 1969), accompagnée d’effets sonores, vibratoires et thermiques. L’expérience durait quatre minutes et demie. L’œuvre multimédia devait initialement constituer un prototype pour de futurs exemplaires publics. Entre prototype de navette spatiale et objet de foire, Introscaphe I témoigne des visées technologiques et démocratiques inhérentes à la pratique de l’artiste.


Formé à l’école des beaux-arts de Québec, Edmund Alleyn est un artiste polyvalent dont la carrière s’étend sur près de cinquante années. Son travail polymorphe se révèle inclassable, bien que la peinture y occupe une place centrale. L’œuvre Introscaphe I est inaugurée au Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 1970. Elle s’inscrit dans la période « technologique » de l’artiste, époque où il s’intéresse à l’électronique et à l’automatisation. Quoique singulière dans la production du peintre, Introscaphe I est une œuvre phare des années 1970 qui place Alleyn au rang de pionnier d’un art médiatique alors émergent.

MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS DU QUÉBEC

179, Grande Allée Ouest
Québec (Québec), G1R 2H1
418 643-2150

mnbaq.org »
Google Maps »