Cette peinture présente quatre formes sur un fond blanc. Une grande masse brune et une plus petite de couleur jaune occupent le haut de la toile, tandis que deux bandes obliques en zigzag, l’une bleue et l’autre rouge, traversent le bas de la toile.

Jack Bush

(Toronto 1909 – Toronto 1977)

 

Salute to New York

[Hommage à New York]

1958

Huile sur toile

227,7 x 136,6 cm

Acheté en 1997

Musée des beaux-arts du Canada, 38431

© Succession Jack Bush / SODRAC (2018)

Photo : Musée des beaux-arts du Canada


Tant par son titre que par sa facture, l’œuvre Salute to New York [Hommage à New York] salue l’effervescence du milieu artistique new-yorkais des années 1950. La composition épurée de quatre formes de différentes couleurs sur un fond blanc en aplat est très dynamique, malgré son apparente simplicité. Sous l’effet d’un rendu brut marqué par la gestualité du peintre, les masses et les bandes de couleurs saturées semblent vibrer tout en maintenant un équilibre précaire. Jack Bush, dont les aspirations sont tournées vers la nouvelle capitale de l’art moderne, est alors sur le point d’y obtenir une reconnaissance internationale rarement atteinte par un artiste canadien.


Le Torontois Jack Bush commence sa carrière comme illustrateur commercial, activité qu’il poursuit en parallèle de sa pratique artistique pendant une quarantaine d’années. Bush est l’une des figures majeures du Groupe des Onze, qui réunit des artistes ayant un intérêt pour l’abstraction picturale. En 1957, il rencontre l’influent théoricien et critique d’art américain Clement Greenberg (1909-1994), qui l’encourage (comme il le fera plus tard pour l’artiste canadien Kenneth Lochhead) à simplifier ses compositions. Cette nouvelle direction, où la couleur joue un rôle structurant, lui ouvre le marché new-yorkais et les cercles des artistes les plus reconnus de l’époque.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DU CANADA

380, promenade Sussex
Ottawa (Ontario), K1N 9N4
613 990-1985

beaux-arts.ca »
Google Maps »