Cette peinture abstraite montre des formes rectangulaires de différents formats juxtaposées les unes aux autres. Les grandes formes sont peintes dans des tons foncés à dominance bleu-vert, alors que les petites créent un contraste par l’emploi de couleurs orangé et rose.

Fernand Leduc

(Montréal 1916 – Montréal 2014)

 

Porte d’Orient

1955

Huile sur toile

75 x 91,2 cm

Acheté en 1979

Collection du Musée d’art contemporain de Montréal, A 79 24 P 1

© Succession Fernand Leduc / SODRAC (2018)

Photo : Musée d’art contemporain de Montréal


Porte d’Orient est constituée de formes rectangulaires juxtaposées et traitées en aplat. Les coups de pinceau reprennent les tensions entre verticalité et horizontalité qui animent l’œuvre. Le contraste des couleurs et le traitement approximatif des contours font vibrer les éléments de la composition et donnent une certaine profondeur à l’espace. Ainsi, les formes semblent avancer et reculer quand le regard se déplace sur la toile. L’œuvre incarne un moment charnière dans le parcours de Fernand Leduc et dans celui de la peinture québécoise en général, soit la transition d’une peinture abstraite gestuelle vers un traitement plus géométrique.


Fernand Leduc est un peintre québécois dont la carrière prolifique a traversé plusieurs mouvements de l’abstraction picturale. Alors que ses premières œuvres sont marquées par la gestualité expressive typique des automatistes, son travail sur les formes géométriques du milieu des années 1950 l’inscrit dans la mouvance des plasticiens. Avec ses compositions ordonnées et ses formes épurées aux contours très nets, la peinture plasticienne opère une rupture avec l'automatisme ; elle exercera une influence considérable sur la peinture contemporaine québécoise et canadienne. Leduc poursuit un travail d’exploration de la lumière tout au long de sa carrière, de ses premières expériences sur le geste jusqu’à ses grands monochromes plus tardifs.  

MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN DE MONTRÉAL

185, rue Sainte-Catherine Ouest
Montréal (Québec), H2X 3X5
514 847-6226

macm.org »
Google Maps »

Claude Tousignant est l’une des figures centrales de l’abstraction picturale au Canada. Il est, avec Guido Molinari, le chef de file de la deuxième vague des plasticiens, dont la peinture radicale introduit dans les années 1960 crée des expériences sensorielles percutantes par l’emploi de couleurs pures et d’une géométrie stricte. Sa célèbre série de tableaux circulaires, qui lui a valu une reconnaissance internationale, utilise la répétition d’une même forme, le cercle, pour expérimenter l’effet dynamique de la couleur. Avec Transformateur chromatique, Tousignant produit un jeu optique en juxtaposant des bandes de différentes couleurs. La succession des anneaux sur la toile crée une vibration optique continue qui hypnotise le spectateur.

Claude Tousignant

(Montréal 1932)

 

Transformateur chromatique

1965

Liquitex sur toile

260 cm de diamètre

Acheté en mémoire de M. Pearce L. S. Lettner avec l’aide du Conseil des Arts du Canada, 1978

Art Gallery of Windsor, 1978.003

© Claude Tousignant