Dans cette photographie en noir et blanc, une danseuse vêtue d’une robe sans manches exécute une chorégraphie au bord d’une rivière, pieds nus dans le sable. Ses jambes sont écartées et ses bras soulevés de manière à former un « X ».

Françoise Sullivan

(Montréal 1923)

 

Les Saisons Sullivan (réactualisation de Été, 1947)

2007

Photographie
30,5 x 30,5 cm
Image tirée du coffret Les Saisons Sullivan, Montréal, Galerie de l’UQAM, 2007.
Collection d’œuvres d’art de  l’Université du Québec à Montréal, 2007.8.1-93
Interprète : Annik Hamel
© Galerie de l’UQAM, Françoise Sullivan et Marion Landry. Photo : Marion Landry


Tirée du coffret Les Saisons Sullivan, cette photographie montre la danseuse Annick Hamel en train d’exécuter une chorégraphie intitulée Été au bord d’une rivière. Dans les années 1940, Françoise Sullivan conçoit quatre chorégraphies inspirées du cycle des saisons. Son intention est de les interpréter dans des sites naturels, en référence au thème du paysage, capital dans l’histoire de l’art canadien. En 1947, l’artiste interprète Été aux Escoumins, suivi de Danse dans la neige à l’hiver 1948 au mont Saint-Hilaire. En 2007, quatre danseuses exécutent, sous la direction de Sullivan, les chorégraphies du Printemps et de l’Automne, puis font revivre Été et Danse dans la neige, en prévision de la publication du coffret.


Françoise Sullivan est à la fois danseuse, chorégraphe et artiste visuelle. Après une formation à l’École des beaux-arts de Montréal, elle part à New York étudier la danse moderne. De retour à Montréal, elle fait partie des automatistes et signe le manifeste Refus global en 1948. Elle y publie le texte « La danse et l’espoir », qui marque l’histoire de la danse moderne au Québec. À cette même époque, elle crée des chorégraphies sur le cycle des saisons, réactualisées une soixantaine d’années plus tard pour la publication d’un coffret soulignant l’importance de cette œuvre dans sa carrière.

GALERIE DE L’UQAM

Université du Québec à Montréal
1400, rue Berri, J-R120
Montréal (Québec), H2L 4E3
514 987-6150

galerie.uqam.ca »
Google Maps »

Au mois de février 1948, Françoise Sullivan projette de réaliser sa chorégraphie Danse dans la neige. Elle en discute avec ses amis au cours d’une rencontre du groupe des automatistes. Le peintre Jean Paul Riopelle l’invite à sa maison de Mont-Saint-Hilaire pour qu’elle puisse investir un site naturel. Dès le lendemain, Sullivan exécute sa chorégraphie dans un paysage enneigé et Riopelle la filme. Si le film est introuvable, les photographies de Maurice Perron (1924-1999) contribuent à immortaliser cette œuvre, qui deviendra célèbre dans l’histoire de l’art canadien.

Françoise Sullivan

(Montréal 1923)

 

Les Saisons Sullivan (réactualisation de Danse dans la neige, 1948)

2007

Photographie
30,5 x 30,5 cm
Image tirée du coffret Les Saisons Sullivan, Montréal, Galerie de l’UQAM, 2007.
Collection d’œuvres d’art de l’Université du Québec à Montréal, 2007.8.1-93
Interprète : Ginette Boutin
© Galerie de l’UQAM, Françoise Sullivan et Marion Landry.
 Photo : Marion Landry