Cette peinture montre une enfilade de pièces entièrement vides. Certains murs sont peints à grands coups de pinceaux, alors que d’autres reproduisent les motifs d’un papier peint. À l’arrière-plan, une porte s’ouvre sur un balcon extérieur et laisse voir un arbre.

Louis Muhlstock

(Narajów, Ukraine, 1904 – Montréal 2001)

 

Empty Rooms

[Chambres vides]

1938

Huile sur toile

76,3 x 63,5 cm

Don de M. H. S. Southam, 1945

Art Gallery of Alberta Collection, 45.4

© Succession Louis Muhlstock


Empty Rooms [Chambres vides] fait partie d’une série d’œuvres sur les appartements abandonnés des quartiers pauvres de Montréal, alliant observation sociale et exploration formelle. Pour le peintre Louis Muhlstock, ces bâtiments délabrés symbolisent les répercussions de la Grande Dépression. Plutôt que de peindre le développement urbain, Muhlstock en montre le côté sombre. L’ouverture sur l’extérieur en arrière-plan crée des jeux d’ombres et de lumières perceptibles du plancher jusqu’au plafond, formant de fortes diagonales. La composition géométrique et la touche expressive laissent présager l’arrivée imminente d’un art qui sera de moins en moins figuratif.


Louis Muhlstock s’installe à Montréal avec sa famille en 1911 lors d’une importante vague d’immigration juive. Quelques années plus tard, alors qu’il revient d’un séjour d’études à Paris où il a appris la peinture, Montréal est en pleine crise économique. Muhlstock peint les populations et les quartiers touchés. Il s’identifie aux exclus, en cette période où l’atmosphère politique est propice aux discours antisémites. Comme plusieurs peintres juifs montréalais de l’époque, Muhlstock se fait le témoin privilégié de l’expérience urbaine et des motifs qu’elle permet d’explorer. Il adhère à la Société d’art contemporain fondée par John Lyman (1886-1967) en 1939.

ART GALLERY OF ALBERTA

2, place Sir Winston Churchill 
Edmonton (Alberta), T5J 2C1
780 422-6223

youraga.ca »
Google Maps »