Trois marionnettes — un policier, un ouvrier et un banquier — surmontent une cloison rouge au centre de la composition. Un homme muni d’un tambour, le narrateur, commente la scène à la foule compacte qui assiste au spectacle. Le tout se déroule sur une place publique ceinturée par des bâtiments fortement inclinés.

Paraskeva Clark

(Saint-Pétersbourg 1898 – Toronto 1986)

 

Petroushka

[Pétrouchka]

1937

Huile sur toile

122,4 x 81,9 cm

Acheté en 1976

Musée des beaux-arts du Canada, 18624

© Succession Paraskeva Clark. Photo : Musée des beaux-arts du Canada


Petroushka [Pétrouchka] représente un castelet de marionnettes au milieu d’une foule. La pièce montre un policier occupé à donner la bastonnade à Pétrouchka, personnage archétypal masculin populaire en Russie à cette époque, habillé ici en ouvrier. La scène se déroule sous le regard amusé d’un banquier. Les spectateurs de la classe ouvrière expriment des réactions diverses – colère, indifférence, inquiétude – sans pouvoir intervenir directement. L’œuvre de Paraskeva Clark dénonce, dans un style proche de l’expressionnisme, les conditions des ouvriers en Amérique. L’artiste s’inspire d’ailleurs d’un affrontement survenu en 1937 entre des grévistes et des policiers à Chicago, au cours duquel cinq ouvriers ont perdu la vie.


Née à Saint-Pétersbourg en 1898, Paraskeva Clark y étudie la peinture avant de partir pour Paris en 1923. Elle immigre à Toronto en 1931. Dès son arrivée, Clark s’engage à mettre son art au service de la société. En 1937, elle publie un article dans la revue de gauche New Frontier où elle exhorte les artistes à se détourner des paysages du Bouclier canadien pour s’impliquer dans la lutte sociale. Elle est élue membre du Groupe des peintres canadiens en 1936 et expose avec plusieurs des sociétés artistiques de l’époque.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DU CANADA

380, promenade Sussex
Ottawa (Ontario), K1N 9N4
613 990-1985

beaux-arts.ca »
Google Maps »