Une fillette au regard triste est assise, de face, sur une chaise. L’œuvre, presque monochrome, offre des teintes bleutées, roses et mauves, à l’exception du brun foncé des cheveux courts et des grands yeux de l’enfant.

Jori Smith

(Montréal 1907 – Montréal 2005)

 

Rose Fortin

1935

Huile sur toile

51 x 41 cm

Don à la mémoire de Talbot et Alice Johnson, 2011

Musée des beaux-arts de Montréal, 610.2011

© Succession Jori Smith. Photo : MBAM, Christine Guest


Rose Fortin est l’un des nombreux portraits d’enfants peints par Jori Smith dans les années 1930. L’air maladif de la fillette, la tristesse de son regard contrastent avec les portraits habituels d’enfants enjoués et entourés de membres de leur famille. Représentée en buste, la fillette remplit le tableau. Ses grands yeux bruns se détachent sur les tons pastel qui colorent sa peau, ses vêtements et l’arrière-plan brossé à grands coups de pinceau. Avec ses aplats de couleur qui rabattent les formes au premier plan, ce portrait démontre que la modernité picturale au Canada à cette époque se développe dans d’autres genres que le paysage.


Les premières années de la pratique artistique de Jori Smith se déroulent dans la région de Charlevoix. Contrairement à ses compatriotes, qui privilégient les paysages pittoresques de la région, Smith s’intéresse aux gens qui l’entourent et peint leurs portraits avec un regard à la fois intimiste et ethnologique. Les enfants de Charlevoix, souvent aux prises avec une santé précaire, figurent parmi les modèles qu’elle prend plaisir à peindre. Très active au sein du milieu artistique, Smith est la seule femme à faire partie du Groupe de l’Est.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL

1380, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec), H3G 1J5
514 285-2000

mbam.qc.ca »
Google Maps »