Un homme de profil se tient assis sur une chaise devant une table sur laquelle se trouvent une assiette et une bouteille. Derrière lui, une figure fantomatique regarde par-dessus son épaule. On remarque aussi une pierre tombale reposant sur le sol.

Jack Shadbolt

(Shoeburyness, Angleterre, 1909 – Vancouver 1998)

 

Electric Chair

[Chaise électrique]

1934

Gouache sur papier

25,5 x 16,7 cm

Don de Doris Shadbolt, 1998

Morris and Helen Belkin Art Gallery, BG1943

© Simon Fraser University Galleries. Photo : avec l’aimable autorisation de Simon Fraser University Galleries


Electric Chair [Chaise électrique] est une gouache sur papier montrant un homme de profil assis sur une chaise en bois. La présence d’une figure spectrale et d’une pierre tombale derrière le personnage teinte la scène d’un pessimisme propre aux années 1930. Si les formes géométriques et les divers angles de vue se fractionnent dans l’espace à la façon du cubisme, la noirceur du propos renvoie plutôt à l’univers psychique associé au surréalismeElectric Chair s’inscrit dans la production de jeunesse de l’artiste et constitue une rare trace de cette période. En effet, Shadbolt a régulièrement détruit son travail à cette époque.


Originaire de l’Angleterre, la famille de Jack Shadbolt immigre en Colombie-Britannique en 1912. En 1930, Shadbolt rencontre l’artiste Emily Carr, dont l’œuvre exercera sur lui une profonde impression. Le jeune peintre développe dès cette période un intérêt pour le cubisme, l’abstraction et la psyché, intérêt manifeste dans les formes et le thème de cette œuvre. La Grande Dépression l’amène à représenter des sujets sombres qui témoignent du contexte sociopolitique de l’époque. Electric Chair annonce les œuvres ultérieures de Shadbolt, caractérisées par la représentation fracturée et l’abstraction symbolique.

MORRIS AND HELEN BELKIN ART GALLERY

Université de la Colombie-Britannique
1825, Main Mall
Vancouver (Colombie-Britannique), V6T 1Z2
604 822-2759

belkin.ubc.ca »
Google Maps »