Cette peinture représente une femme noire légèrement tournée de trois quarts vers la droite, où se porte son regard. Simplement vêtue d’un haut orange et d’une veste bleue, elle se détache sur un fond turquoise uni.

Henrietta Shore

(Toronto 1880 – San Jose, Californie, 1963)

 

Caribbean

[Une Caribéenne]

vers 1925

Huile sur toile

43,2  x 35,6 cm

Collection Jeri L. Waxenberg Wolfson


Caribbean [Une Caribéenne] est le portrait d’une jeune femme noire provenant vraisemblablement des Caraïbes, selon ce qu’indique le titre de l’œuvre. Elle est représentée en buste dans un style moderne qui mise sur les couleurs vives, les surfaces polies et les formes simples. Henrietta Shore réalise d’autres tableaux de femmes noires au cours de sa carrière. Ce type d’œuvres exécutées par des artistes blancs s’inscrit dans la problématique de l’imagerie colonialiste, qui tend à produire une représentation homogénéisée d’un groupe ethnique donné, en l’occurrence, ici, la femme noire, par divers moyens tels qu’un titre général.


La peintre Henrietta Shore, née à Toronto, étudie entre autres à la Art Students League de New York au même moment que l’artiste américaine Georgia O’Keeffe (1887-1986). Adoptant une approche renouvelée du sujet et de la matière, Shore élabore un style qui la range parmi les modernistes de son époque. L’artiste connait un grand succès dans les années 1920. Lorsqu’en 1923, elle expose en même temps que Georgia O’Keeffe à New York, c’est principalement vers elle que se tourne l’attention des médias. Pour plusieurs raisons, dont l’isolement de l’artiste dans les années 1930 et son internement subséquent, l’œuvre de Shore tombe dans l’oubli et reste longtemps occultée.

Collection privée