Quatre grands ormes au feuillage exubérant occupent la quasi-totalité de la surface de ce tableau. Les toitures vertes de deux petites maisons traditionnelles blanches apparaissent au pied des arbres. Un cheval blanc tirant une charrette de foin se dirige vers elles.

Marc-Aurèle Fortin

(Sainte-Rose, Québec, 1888 – Macamic, Québec, 1970)

 

Ferme à Sainte-Rose

entre 1923 et 1930

Huile sur toile

99 x 140,7 cm

Don de Cristina et Iain Ronald, 2008

Musée des beaux-arts de Montréal, 2008.229

© Fondation Marc-Aurèle Fortin / SODRAC (2018)

Photo : MBAM, Christine Guest 


Les ormes majestueux de la Ferme à Sainte-Rose sont emblématiques de la production de Marc-Aurèle Fortin. Malgré le titre de l’œuvre, ce sont eux les véritables sujets du tableau. La petite charrette de foin et les quelques maisons situées au pied des arbres accentuent par contraste l’exubérance du feuillage, tellement abondant qu’il déborde du cadre. Le thème de la scène rurale québécoise est assez traditionnel en soi. Toutefois, la liberté avec laquelle Fortin représente les ormes de même que son choix de couleurs vibrantes distancient l’œuvre du style plus conventionnel des paysages académiques et témoignent de son originalité.


La production de Marc-Aurèle Fortin est aussi foisonnante que ses ormes. L’artiste utilise diverses techniques artistiques pour représenter des paysages très colorés, tant ruraux qu’urbains, dans lesquels l’humain semble toujours soumis à la nature. Fortin a ainsi pratiqué la peinture à l’huile, l’aquarelle, le dessin, le pastel et la gravure. Malgré une certaine parenté entre ses œuvres et le postimpressionnisme d’un artiste comme Vincent Van Gogh (1854-1890), Fortin préfère se rallier à l’École de Barbizon de même qu’aux œuvres de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, d’Edwin Holgate et d’Adrien Hébert.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL

1380, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec), H3G 1J5
514 285-2000

mbam.qc.ca »
Google Maps »