Dans ce paysage de bord de mer, deux femmes habillées de vêtements blancs et bleus se tiennent à l’ombre d’une toile tendue. À l’arrière-plan se déploient la plage, un bout de mer ainsi que quelques personnages et des oiseaux.

Helen Galloway McNicoll

(Toronto 1879 – Swanage, Angleterre, 1915)

 

Under the Shadow of the Tent

[À l’ombre de la tente]

1914

Huile sur toile

83,5 x 101,2 cm

Don de M. et Mme David McNicoll, 1915

Musée des beaux-arts de Montréal, 1915.122

Photo : MBAM, Brian Merrett 


In the Shadow of the Tent [À l’ombre de la tente] est exemplaire du travail sur la lumière et sur la vibrance des couleurs d’Helen Galloway McNicoll. Au premier plan, des rayons de soleil filtrés par la toile d’une tente illuminent les vêtements blancs des deux femmes. La femme au chapeau tient sur ses genoux une boite-chevalet typique du matériel utilisé pour peindre en plein air. Ce tableau représente ainsi la nouvelle réalité des femmes artistes qui, fortement influencées par le courant impressionniste, s’intéressent à des sujets qui débordent du cadre domestique. En ce sens, l’œuvre participe de la redéfinition du rôle des femmes qui s’amorce à l’époque, par exemple avec le mouvement des suffragettes.


Étudiant d’abord à Montréal, Helen Galloway McNicoll passe la majorité de sa carrière à l’étranger, principalement en Angleterre, où elle s’intéresse aux femmes et aux enfants peuplant les campagnes et les côtes. McNicoll partage son quotidien avec la peintre britannique Dorothea Sharp (1874-1955), avec qui elle habite, voyage et travaille. Devenue sourde à deux ans à la suite d’une scarlatine, l’artiste décèdera prématurément à 36 ans de complications liées au diabète. Peu collectionnées de son vivant, ses œuvres soulèvent un regain d’intérêt dans les années 1970, époque où sa famille met en vente un grand nombre de ses toiles.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE MONTRÉAL

1380, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec), H3G 1J5
514 285-2000

mbam.qc.ca »
Google Maps »

L’intérêt particulier d’Helen Galloway McNicoll pour des scènes de la vie rurale distingue une partie de son art de celui de ses contemporaines, comme Florence Carlyle ou Laura Muntz Lyall. Ces dernières représentent généralement des personnages oisifs issus des classes aisées. À l’opposé, McNicoll met souvent en scène des femmes et des enfants affairés aux tâches quotidiennes de la campagne : cueillir des pommes ou des fleurs, nourrir les animaux, récolter le foin ou repriser les vêtements. Dans The Apple Gatherer [La cueilleuse de pommes], la femme au travail a les joues rougies par le soleil, dont les rayons percent çà et là le feuillage du pommier, illuminant le gazon à ses pieds et ses vêtements.

Helen Galloway McNicoll

(Toronto 1879 – Swanage, Angleterre, 1915)

 

La cueilleuse de pomme

[The Apple Gatherer]

vers 1911

Huile sur toile

106,8 x 92,2 cm

Don de G. C. Mutch, en mémoire de sa mère Annie Elizabeth Mutch, 1957

Art Gallery of Hamilton, 57.87.O

Photo : Robert McNair