Cette scène rurale a pour sujet un berger qui s’attèle à la tâche au premier plan, dans une étendue d’eau agitée. Les arbres qui se dressent de chaque côté assombrissent l’action principale. Un troupeau de moutons et deux hommes se trouvent au deuxième plan.

Horatio Walker

(Listowel, Ontario, 1858 – Sainte-Pétronille, Québec, 1938)

 

Washing Sheep

[Le Lavage des moutons]

1899

Huile sur toile 

53,8 x 70 cm 

Don anonyme, 2012

Vancouver Art Gallery, VAG 2012.24.4

Photo : Vancouver Art Gallery, Rachel Topham


Washing Sheep [Le Lavage des moutons] est une œuvre peu connue d’Horatio Walker. Contrairement aux célèbres scènes rurales contemplatives qui s’ouvrent sur de grands ciels nuageux, Washing Sheep n’offre au regard qu’un bout de ciel bleu. L’activité principale se déroule dans la pénombre. Comme dans la plupart des œuvres de Walker, le sujet porte sur le dur labeur du paysan qui, ici, se penche au-dessus d’un plan d’eau pour y laver un mouton. La touche nerveuse et libre du pinceau qui agite et texture la surface de l’eau témoigne du souci du détail chez l’artiste.


Fait rare à l’époque, Horatio Walker est un artiste célébré de son vivant. Ses scènes pastorales idéalisées qui glorifient le travail agraire et dépeignent la vie pieuse des paysans du Québec connaissent un franc succès. Ses œuvres se retrouvent rapidement dans plusieurs musées aux États-Unis, alors que les collectionneurs canadiens peinent à se les offrir. En 1910, Oxen Drinking [Bœufs à l’abreuvoir], réalisé la même année que Washing Sheep est acheté par la Galerie nationale du Canada au cout de 10 000 $, une somme importante pour l’époque. L’influence de l’École de Barbizon dans les paysages d’Horatio Walker vaudra à l’artiste le surnom de « Millet américain ».

VANCOUVER ART GALLERY

750, rue Hornby
Vancouver (Colombie-Britannique), V6Z 2H7
604 662-4719

vanartgallery.bc.ca »
Google Maps »