Une sculpture représentant une famille de quatre Autochtones est installée devant une architecture néoclassique. Un homme, debout au centre, regarde au loin. À gauche, une femme est accroupie à ses pieds auprès d’un enfant. Sur la droite, un jeune garçon s’apprête à décocher une flèche avec son arc.

Louis-Philippe Hébert

(Sainte-Sophie-d’Halifax, Québec, 1850 – Westmount, Québec, 1917)

 

Famille d’Abénaquis ou La halte dans la forêt

1888-1889

Bronze

Ministère de la Culture et des Communications du Québec

Photo : Jean Gagnon


La sculpture monumentale Famille d’Abénaquis conçue par Louis-Philippe Hébert occupe le devant de l’hôtel du Parlement à Québec. Contrairement aux héros de l’histoire canadienne-française qui ornent la façade de l’édifice, les Abénaquis ne sont pas des individus identifiables. La nudité partielle de leurs corps idéalisés associe les quatre personnages stéréotypés à l’état de « bons sauvages » vivant dans la nature et encore préservés de la civilisation européenne. Tel était bien souvent le sort des Autochtones dépeints par les artistes canadiens au tournant du XXe siècle et auquel répondra des années plus tard l’artiste Jeff Thomas.


La production sculpturale de Louis-Philippe Hébert comprend autant des œuvres religieuses que des monuments nationaux. Considéré comme le premier statuaire commémoratif canadien, Hébert joue un rôle majeur dans ce domaine durant le dernier tiers du XIXe siècle. Il produit alors quelques-unes des œuvres qui se trouvent aujourd’hui sur la colline du Parlement à Ottawa. En 1887, Hébert reçoit la commande d’orner la façade du nouveau Palais législatif du Québec, dont le programme iconographique vise à exalter la fierté nationale par la représentation de plusieurs personnages historiques et de figures emblématiques.

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS DU QUÉBEC

225, Grande Allée Ouest
Québec (Québec), G1R 5G5
418 380-2346

mcc.gouv.qc.ca »
Google Maps »