À l’avant-plan, une rivière paisible est bordée d’arbres aux couleurs automnales. Quatre figures s’affairent sur la rive droite, par groupes de deux. À l’arrière-plan, des montagnes aux sommets arrondis remplissent l’horizon sous un ciel nuageux.

Allan Edson

(Stanbridge, Québec, 1846 – Glen Sutton, Québec, 1888)

 

Automne sur la rivière Yamaska, rang Sutton

1872

Huile sur toile

75,5 x 122 cm

Acheté en 1948

Collection du Musée national des beaux-arts du Québec, 1948.107

Photo : MNBAQ, Patrick Altman


L’œuvre Automne sur la rivière Yamaska, rang Sutton montre un paysage traité de manière romantique et contemplative. La scène baigne dans une lumière douce et chaude. Dans le style typique d’Edson, la nature y est représentée avec un grand souci des détails à l’avant-plan, lesquels s’estompent peu à peu dans une perspective atmosphérique. La présence de deux minuscules pêcheurs sur la rive renforce l’impression d’une nature à la fois grandiose et intime. Le travail d’Edson illustre bien comment la peinture de paysage, par sa célébration des vastes étendues canadiennes, a contribué à la construction d’un discours de la nation.


D’abord formé à Montréal auprès du peintre africain-américain Robert Scott Duncanson, puis lors de ses séjours en Angleterre et en France, le peintre Allan Edson est reconnu pour ses paysages des Cantons de l’Est, sa région natale, auxquels il adapte le style de la Hudson River School. Edson s’inscrit dans le milieu artistique de son époque, alors en pleine expansion, en s’investissant dans plusieurs associations, notamment la Ontario Society of Artists. Il est considéré au moment de sa mort comme le meilleur paysagiste né au Canada.

MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS DU QUÉBEC

179, Grande Allée Ouest
Québec (Québec), G1R 2H1
418 643-2150

mnbaq.org »
Google Maps »

Né d’un père canadien-écossais et d’une mère africaine-américaine, Robert Scott Duncanson est le premier artiste africain-américain à obtenir une reconnaissance de son vivant. Pour échapper à la guerre de Sécession, Duncanson s’installe à Montréal de 1863 à 1865. Ses œuvres influencent de nombreux paysagistes canadiens, tels qu’Allan Edson. Associé à la Hudson River School, Duncanson accorde une grande attention aux effets d’atmosphère, comme dans Owl’s Head Mountain [Le mont Owl’s Head]. Dans ce tableau, la lumière feutrée du soleil levant qui colore le ciel de tons pastel se reflète sur l’eau calme du lac avec un effet de miroir.

Robert Scott Duncanson

(Fayette, New York, 1821 – Détroit, Michigan, 1872)

 

Owl’s Head Mountain

[Le mont Owl’s Head]

1864

Huile sur toile

45,7 x 91,7 cm

Acheté en 1978

Musée des beaux-arts du Canada, 18982

Photo : Musée des beaux-arts du Canada